Referencement gratuitAnnuaire Site WebReferencement gratuitReferencement gratuitterrecolo.comAnnuaire généraliste

Bisphénol A

Mis à jour le 21 Mars 2013

Interdiction du BPA, la France pousse les industriels de l’alimentaire à innover

La France élargit la suspension de l’utilisation de Bisphénol A à tous les contenants 

Le Bisphenol A (BPA) était déjà interdit dans tous les produits au contact alimentaire pour les enfants en bas âge depuis Juin 2010. Il est maintenant interdit dans l’ensemble des contenants en France. Le législateur Français devance donc  l’Europe qui ne l’a pas encore interdit.

En effet, l’Agence Européenne de sécurité sanitaire (Efsa) estime que le lien entre le bisphénol A et ses effets directs sur des maladies chroniques ne sont pas encore prouvés. Le rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) sur le sujet sera quand à lui certainement plus pessimiste.

Les scientifiques sont divisés sur les réels effets du BPA. Aucun effet à court terme sur la santé comme l’intoxication alimentaire n’a été réellement prouvé et les effets à long terme sont eux, difficiles à évaluer  car nous n’avons pas assez de recul pour les vérifier. 

Cependant, beaucoup d’experts estiment que le BPA n’est pas la cause principale de ses maladies chroniques, le régime alimentaire des pays industrialisés en serait la principale raison. Le contenu est plus nocif que le contenant!

En France, les fabricants d’emballages et de contenants alimentaires doivent désormais s’adapter à la nouvelle législation à partir du 1er janvier 2015 et faire disparaître toutes traces de Bisphenol A dans leurs produits.

Contenants alimentaire : Vers de nouveaux standards

Après le scandale de la viande de cheval trouvée dans des aliments au début de l’année, les consommateurs exigent aujourd’hui une traçabilité sans faille pour les produits qu’ils consomment. Et ce aussi bien pour le contenu que le contenant. L’interdiction du BPA s’inscrit donc dans une quête globale de sécurité et de naturalité.

Une entreprise comme Findus, qui estime que cette crise lui a couté 1 million d’euros, va réaliser des tests ADN systématiques et raccourcir ses circuits d’approvisionnement pour améliorer la traçabilité des produits. Toujours dans le but d’assurer une meilleure traçabilité, un nouveau code standard appelé « Databar » sera progressivement mis en place chez les industriels. En premier lieu sur les produits frais, ce code remplacera petit à petit le code barre et incorporera des données tels que la date limite de consommation ou l’origine des produits. Le produit, une fois scanné en caisse pourra bénéficier de promotions s’il est proche de la DLC ou même être bloqué s’il l’a dépassé. Ces « codes barres » peuvent aider à lutter contre le gaspillage et renforcer la sécurité alimentaire.

Les industriels travaillent donc activement à remplacer leurs emballages avant 2015 pour éliminer le BPA, mais aussi pour éliminer le polycarbonate qui est également un perturbateur endocrinien, présent dans les boites de conserves ou le PVC  utilisé dans le secteur médical.

Le remplacement du BPA ou le polycarbonate, omniprésents dans les emballages alimentaires depuis une cinquantaine d’années ne sera pas une mince affaire. Certains y travaillent depuis plusieurs années, en prévision d’un durcissement de la législation. La marque Tupperware à déjà retiré tous ses produits contenant du BPA pour privilégier le copolyester Tritant d’Eastman Chemmicals, le polyéthylène téréphtalate ou encore le polybutylène téréphtalate. Ces nouveautés ont un coût pour les industriels qui doivent effectuer de la R&D et mettre à jour leurs machines de production. Des alternatives aux boites de conserve existent déjà, Tetra Pack vante depuis plusieurs année sa brique composée de carton, d’aluminium et de PP qui convient à plus de 80% des produits appertisés du marché. D’autres marques créent des emballages avec l’étiquette directement inclue dans le moule. Malheureusement, même si ces solutions sont séduisantes, elles ne présentent aujourd’hui qu’une durée de conservation de 24 mois maximum.

Les industriels de l’alimentation soulèvent également une question bien plus importante concernant la présence de BPA dans de nombreux produits tels que les bacs de réfrigérateur, les bouilloires électriques, les citernes, les tuyaux d’adduction d’eau potable ou encore les châteaux d’eau. Tous ces produits pourraient être également considérés comme des contenants alimentaires ? La recherche de substituts au BPA ne fait surement que commencer.

Le milieu médical est également obligé de s’adapter

Passé inaperçu pour le grand public, un article sur les dispositifs médicaux est présent dans la loi visant à interdire le BPA des contenants alimentaires. L’utilisation des biberons comportant du BPA  était déjà interdite, c’est l’utilisation de tubulures comportant du di-(2-éthylhexil) phtalate qui sera interdite dès 2015 dans les services de néonatalogie, pédiatrie et maternité. Cet élément était présent dans de nombreux produits utilisés en médecine et servait de plastifiant dans le PVC. Tous les grands groupes de cosmétiques, d’agroalimentaire et pharmaceutiques travaillent déjà à l’élimination du PVC dans leurs emballages. C’est pourtant la seule matière plastique reconnue par la pharmacopée européenne préconisée pour l’emballage du sang puisqu’aucune alternative ne permet sa conservation aussi longtemps que le PVC.  

L’interdiction du BPA va pousser les industriels à trouver des matériaux pour chaque produit, ces études devront être faites au cas par cas.

 

Sources : Emballages Magazine #950

 

 







Pourquoi nous parle-t-on autant des bisphénol A? bisphénol A.pdf

Le bisphénol A = BPA ou encore 4,4_isopropylidénediphénol, est un composé chimique de synthèse utilisé dans la fabrication industrielle de plastique.

Le BPA est actuellement classé comme une substance reprotoxique de catégorie 3, c'est à dire jugée "préoccupante pour la fertilité de l'espèce humaine" en raison "d'effets toxiques possibles" mais non démontrés sur la reproduction.

Selon les agence sanitaires internationales, la principale source d'exposition de la population générale est alimentaire. Elle résulte du passage du BPA (bisphénol a) dans l'aliment ou la boisson à partir des polymères plastiques et résines epoxy utilisés pour les emballages ou les contenir.

Dans son avis de 01/10 l'Afssa devenue l'Anses, estime que l'exposition des nourrissons résultent à la fois du biberon et de l'emballage de lait maternisé se situerait entre 0,2 et 2 microgrammes (0,000 000 2 à 0,000 002 grammes) de BPA par kg de poids corporel et par jour.

Les évaluations de risques réalisés à la demande des agences sanitaires internationales ont conduit à définir une dose journalière admissible de 50 micro grammes de BPA/j.

Les mesures effectuées dans le sang, l'urine, le lait maternel et d'autres tissus indiquent que plus de 90% des personnes vivants dans les pays occidentaux sont exposés au BPA (Bisphénol a). D'après une étude allemande, les enfants de 3 à 5 ans constituent le sous-groupe présentant la plus forte imprégnation, avec un taux urinaire de 3,5 microgrammes par litre (0,000 003 5).

Rappelons que le BPA est capable de passer la barrière placentaire.Les études ayant prouvé ce phénomène, mettent l'accent sur les conséquences possibles d'une exposition au BPA in utero et pendant la lactation, susceptible d'interférer directement avec le développement de l'embryon puis du foetus et d'engendrer des effets à long terme sur la reproduction du jeune et de l'adulte.

Etudes toxicologiques chez l'animal.

Chez les femelles, les études montrent que le BPA peut induire une puberté précoce, des altérations de l'utérus, du vagin et de l'ovaire. Chez les mâles, certaines études révèlent des effets du BPA (bisphénol a) sur l'appareil génital (diminution de la production de spermatozoïdes, hypertrophie testiculaire et prostatique) et sur la fertilité (diminution de la taille des portées...). Par ailleurs, des anomalies du comportement maternel et sexuel des 2 sexes sont observés après une exposition in utéro.

La transmission de certains de ces effets à la descendance des animaux exposés suggère que le BPA  (bisphénol a) peut induire des altérations de l'information génétique et perturber l'expression des gènes.

Effets sur les tissus des animaux exposés.

L'exposition au BPA (bisphénol a) pendant la phase de constitution du tissu mammaire in utéro peut modifier le développement de cet organe, augmente sa sensibilité aux oestrogènes durant la puberté et conduire à l'apparition de lésions précancéreuses.

Attention

Trop peu d'études épidémiologiques ont été évalué, à court et à long terme, les effets d'une exposition au BPA (bisphénol  a) sur la fonction de reproduction.

Cependant chez des hommes consultant pour infertilité, une étude a repporté des niveaux élevés de BPA (bisphénol Aà associés à une modification des taux d'hormaones impliquées dans la reproduction.

Du nouveau (le 07/06/11) :

Une étude récente de l'université du Missouri consitant à étudier les concentrations de bisphénol A chez des souris ayant reçu un régime alimentaire complété avec du bisphénol A. Cela a pour but de mettre en lumière les effets d'une exposition chronique au bisphénol A chez les animaux et les humains.

Cheryl Rosenfeld, professeur agrégé en science biomédicale dit ceci : "Nous savons que la forme active de BPA se lie aux récepteurs des stéroïdes, ce qui signifie qu'il peut affecter œstrogènes, la testostérone et la fonction thyroïdienne. Il pourrait donc être responsable de mutations génétiques et nuire à notre capacité de reproduction, causer des anomalies de comportement que nous commencent tout juste à comprendre."

Dans les études antérieures les souris avaient été exposées au bisphénol A mais par administration unique.

 

Comme toujours pour appuyer mes arguments je mets à votre disposition mes sources, qui ne peuvent être plus sérieuse. Pour les plus pressés un résumé Résumé bisphénol A inserm

Un ouvrage au prix raisonnable de 4euros : La notice d'antidote, septembre 2010 : la loi va protéger des bébés du bisphénol A.

Et pour ceux qui ont un peu plus de temps ou pour les passionnés : Dossier complet sur les bisphénol.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×